En décembre, ils doivent tous être heureux…

Chaque année, à l’approche des fêtes, il est de coutume de voir mon fil d’actualité facebook, grouiller de messages, d’appels à poser des actes de charité en faveur des plus démunis et des orphelins. Certains « tapent l’oeil » sur ces posts, d’autres par contre se laissent prendre par la main ou par le cœur et finissent par faire des dons. Pour avoir longtemps analysé ces cris de cœur, je peux clairement vous dire « qu’on abuse de vous », qu’on vous fait passer le mauvais message et voici pourquoi : (suite…)



10 astuces pour améliorer votre productivité

Enfant, à la question de savoir ce que j’aimerais faire en grandissant, je m’empressais de répondre : je veux être une busy woman (surtout ne riez pas- les rêves d’enfant deviennent très vite réalité) Je ne croyais pas si bien dire ; Aujourd’hui j’ai grandi et j’ai compris que la contrainte majeure des personnes « busy » est la notion du temps – la gestion du temps. Une problématique constamment d’actualité.

ted

J’ai récemment visionné la session 1 du TED Women2016 qui traitait également du sujet à travers le thème « it is about time « . L’une des conférencières disait entre autres :   » Nous track-ons notre argent mais nous ne track-ons pas notre temps – ce qui peut être dangereux » . (suite…)



Quand est-ce le début de l’année chez vous ?

J’échangeais récemment avec des amies sur la notion de « renouveau ». Une envie, une inspiration de changement ? Un esprit et une attitude nouvelle qui nous donne souvent des ailes quand bien même les conditions météo semblent mauvaises – peu nous importe, nous sommes déjà sur notre petit nuage, prêts à toucher le ciel . Le monde peut bien s’en plaindre, nous ressentons juste que c’est le bon moment, il faut  le faire !

Un soir d’août 2014, j’étais dans ma chambre, un post-it et un feutre en main. Exaspérée par énormément de choses, j’écrivais sur ce bout de papier  » je mettrai tout en oeuvre pour que l’année 2015 soit différente de celle en cours (2014 )- Il est temps de faire bouger les choses. ». Je le collais à l’arrière de la porte de ma chambre, histoire de relire le message chaque matin en partant. En septembre déjà, les choses commençaient à bouger – mais pas comme je l’espérais. Les uns à la suite des autres, je voyais les membres de ma famille séjourner de longs moments à l’hôpital. (suite…)



Souvenirs d’enfance

Pour les besoins d’un exercice, je devais me remémorer des souvenirs d’enfance – j’en ai tellement ri intérieurement que je me suis décidée, finalement, à les partager avec vous. L’utilisation du pronom « tu » n’est que pur choix stylistique.

Enfant, tu regardais tes petites copines « couper des feuilles » pour imiter leurs mamans à la cuisine, « les filles vous jouez à quoi aujourd’hui? » « On va préparer de la sauce « kplalalala »* La scène se déroulait toujours en version rapide dans ta tête, cette image où tu les vois attroupées à simuler la préparation de la sauce, disposer les poupées, les assiettes de dînettes et faire comme à la maison… Retour à la réalité : toi tu avais sans doute bien mieux à faire, t’adonner à des jeux plus dangereux, par exemple, ou te balancer dans les arbres et reproduire une pâle copie de Tarzan, sans short en peau de léopard, ou encore abattre de pauvres oiseaux dans le ciel avec une corde rouge rigide rattachée à un bout de bois en forme d’ « Y » communément appelé « lance-pierre ».  (suite…)



De l’enfer, je reviendrai

– Quatorze chapitres (14), avec une moyenne de douze (12) pages chacun.

– Vingt (21) , le nombre de fois que Nelson Mandela est cité dans le livre. Trois (03) fois Barack Obama et deux (02) pour Paulo Coelho.

– L’avant-propos rédigé par son avocat M. Seri S. Zoukou, annonce très tôt, les couleurs des écrits à suivre :

« Charles Blé Goudé…avait décidé de faire de moi, un des avocats ayant le redoutable privilège de conduire sa défense …. Charles mon ami d’enfance devenu par la force d’un sort injuste, prisonnier de la CPI »

« Une rébellion éclata dans la nuit du 18 Septembre 2002, Charles quitta Manchester, interrompant ses études pour se porter au chevet de la mère patrie »

« …Il ne voulait pas être ministre, il n »a accepté que par obéissance et par solidarité »

(suite…)



Lecture Addict

Après avoir été « taguée » par Stéphane et Eugenio, j’ai décidé, à mon tour, de me prêter à l’exercice qui consiste à répondre aux cinq (5) questions suivantes :

1- Quel auteur aimerais-tu faire revenir à la vie ? 

Sans hésiter, je dirais Johann Wolfgang von Goethe. Ce poète et dramaturge allemand a changé ma perception de la poésie et de la littérature de façon générale. De plus, J’aurai deux ou trois petites questions à lui poser, concernant sa théorie sur la lumière qui m’a longtemps fait cogiter (mais bon, je sais que vous en foutez un peu car vous ne le connaissez peut-être, ni d’adam, ni d’eve) ! Enfin bref, j’hésitais entre lui et Mark Twain, mais finalement, je serai plutôt enchantée que le premier revienne à la vie.

“Si les singes savaient s’ennuyer, ils pourraient devenir des hommes.” J.W.V.G.

(suite…)



"pray for Bassam" écrit au crayon

Un dimanche à Grand-Bassam

A quoi ressemblent mes dimanches ordinaires à Abidjan ? Si ce dimanche avait été un dimanche classique, voici comment la journée se serait normalement déroulée :
Comme d’habitude je me serais levée tôt pour me rendre à l’église, puis, de retour à la maison, nous nous serions réunis en famille autour d’un bon plat  – sûrement du foufou à la sauce graine – avec fous rires garantis et papotage à n’en plus finir. En début d’après-midi mon téléphone aurait sûrement sonné : coup de fil des amis prêts à partir pour Grand-Bassam ! La destination idéale des dimanche ensoleillés… (suite…)



Ce mendiant qui égaya ma journée

Les quelques marches qui composent le parvis de l’Église se sont depuis bien longtemps substituées en ses locaux. De bonne heure, il s’y installe tant bien que mal, béquille en mains- jambe amputée et gobelet à jetons disposé devant lui. Il prend le temps de saluer tous ceux qui passent le pas de la porte, osant appeler certains par leurs prénoms. La première fois que nos regards se sont croisés je n’avais aucunement l’intention de lui donner une pièce (je l’avoue). Il m’a salué en disant : « bonjour mademoiselle, bonne messe, en ressortant pensez à moi. Merci «  égrenant ensuite, son chapelet. Tiens c’est nouveau ça, rarement je n’avais vu un mendiant (devant une Église, chapelet en main). En sortant, j’ai finalement cédé en mettant les peu de sous que j’avais, dans son gobelet. Le sourire au lèvres il dit : – « Merci et à demain » !  Je n’en revenais pas, il prévoyait même un lendemain !. (suite…)



And then What ?

Ces jours derniers, j’ai vraiment eu du mal à écrire une phrase et pourtant ce ne sont ni les mots, ni l’inspiration qui manquaient. Peut-être bien le temps ? Mais là encore, fallacieuse excuse. Une esquisse de mon cerveau permettrait d’entrevoir comme une grosse boîte à idées – un genre de boules de loto en perpétuels mouvements qui attendent chacune, la probabilité d’être tirées au sort – et cela ne s’arrête jamais (on consulte pour ça ?) . Je ne sais pas à quoi carbure le vôtre de cerveau, mais le mien doit probablement être en permanence sponsorisé par Red Bull  (enfin digression) (suite…)



Les aventures de Kocoumbo

Kocoumbo est un jeune étudiant noir, parachuté dans un pays autre que le sien, pour ses études. À coups de détails tordus et de pensées floues, il vous dépeint cet univers nouveau auquel il tente de s’acclimater tout en douceur.

À la descente du train, Kocoumbo, galant fou, pense à proposer son aide à une jeune dame qui s’est fait bousculer par le trop-plein d’hommes à la gare. Sac étalé au sol, bottines à talons, mini-jupe- visualisez la peine qui s’exprimait par de mignonnes grimaces, sur le visage de la demoiselle. Trêve d’hésitations, Kocoumbo se lance à sa rescousse. Mais, au bout d’une minute, il se rend compte qu’il ne fait que ramasser des bouquins. C cette belle blonde n’a que des bouquins dans son sac ? (Quoi pas de maquillage, de miroir, de parfums ?) Beh dis-donc ! (suite…)