20/04/2015

Arrêt sur images

À mon Afrique, il ne reste plus que le berceau. L’humanité a quand à elle, foutu le camp, depuis bien longtemps… Il nous faudra donc lui refaire un trousseau !

Chez moi à Abidjan (Côte d’ivoire), un gang armé fait frissonner toute la population, il s’agit du gang des microbes. Composé d’enfants (oui, vous avez bien lu) et d’adultes (mastermind), ce gang ne se contente pas uniquement de vous dérober vos biens, il s’assure en bonus, de vous mutiler à l’arme blanche et de vous laisser pour morts, avant de s’en aller. À 10-12 ans, quels étaient vos rêves ? À 10 – 12 ans, quels sont les rêves de vos enfants ? À 10 – 12 ans, quels sont leurs rêves d’enfants ? Dans 10 ou 20 ans, quels seront les rêves de leurs enfants ? 

Chez eux à Garissa (Kenya), violentes sont les images – faibles sont les mots – abondants sont les pleurs car morts sont les leurs ! On en enterre 147 d’un coup ! Certains aspiraient peut être à être blogueurs – à écrire cet article à la main… Ils n’en auront pas l’occasion, on leur aura volé leurs rêves bien avant !!!

4-8-2015-9-30-20-AM-2097680 147

« 1600 morts en moins de 4 mois dans le détroit de Sicile : le drame de l’immigration clandestine en provenance d’Afrique a la dimension d’une catastrophe biblique devant laquelle la communauté internationale est impuissante.  » source: le point.fr . Ils ne sont pas partis, ils sont juste dans la pièce à côté, cette pièce où les espoirs perdus ne sont jamais rendus… Les pères se consoleront surement en se disant : « mon fils aura fait preuve de bravoure » et les mères ravaleront peut-être, un jour, leurs larmes de peur que la douleur ne les emporte aussi.

Coffins of victims from a shipwreck off Sicily are seen in a hangar of the Lampedusa airport

Chez eux dans les « townships » (Afrique du Sud), la « vague » de violence a échoué sur « la courtoisie » du quotidien. Le voisin d’hier-l’étranger d’aujourd’hui (amers souvenirs). Les « étrangers » s’en vont, ils s’en retournent « chez eux ». Baluchons, matelas et amertumes, comme seuls compagnons de fortune . Aux hommes « étranges », ils abandonnent : rêves, aspirations et espoirs… Reviendront-ils sur leurs pas ? Retrouveront-ils leurs traces ? La peur de l’inconnue-connue (ancien chez-soi ou nouveau départ) désormais seule variable connue. Enfants d’immigrés quels seront vos rêves d’ici 10 à 20 ans ? 

a1 a2 a3 a4

Ceci est juste un arrêt sur images – libre à vous de vous barrer la vue du revers de la main ou de prendre conscience de ce qui se passe réellement autour de vous-de méditer ainsi au façonnage de nouvelles générations … Ceci est juste un arrêt sur images, des images comme il y en a partout ailleurs dans le monde – entier.

À bon lecteur salut !

Partagez

Commentaires

larissakouassi
Répondre

C'est incroyable de voir combien le coeur humain peut être parfois si tortueux, si hideux... On devrait pourtant vivre l'amour.

Benjamin Yobouet
Répondre

C'est vraiment triste cette "hideuse" image de l'Afrique qui ne fait que défiler... Bien à toi !

mandanye
Répondre

trop triste, nous devons nous nouvelle génération en prendre conscience pour éviter de voir se répéter certaines erreurs

rima moubayed
Répondre

L'en-tête m'a fait sursauter. Le début m'a laissé un pincement au coeur. La lecture de la suite a fini par me faire pleurer. Et pourtant, il ne faut pas laver au sabg de ces auvres victimes une métaphore aussi vieille que l'humanité. Cette humanité qui n'a point déserté. La preuve: ce billet!

mandanye
Répondre

Merci Rima tes mots me font du bien ! On continue d'y croire encore et encore, un jour on aura eu raison d'avoir gardé la foi...

mandanye
Répondre

un peu trop ^^