À la découverte de FERKESSEDOUGOU

J’ai eu l’occasion,  dans le cadre professionnel, de parcourir le nord de mon pays, je ne vais donc pas me faire prier et vous raconter ce que j’ai découvert durant ce voyage. 

Si comme moi, vous pensiez que le nord ce n’est que la poussière, les cases et la savane (les herbes jaunes), laissez-moi vous dire qu‘à l’école primaire on ne nous dit pas tout ! Que de belles choses j’ai vues , de villes et villages charmants j’ai parcourus .. de Bouaké à Ferkessedougou, en passant par Katiola et Niakaramandougou, le Nord m’a laissé cette sensation de quiétude, ce coté apaisant-reposant, que l’on accorde unanimement à la campagne et en bonus tout plein de verdure, oui de la verdure…

À l’entrée de la ville

Arrivée à ferké

À l’entrée de la ville

Arrivés à Ferkessedougou aux environs de 17h00 nous avons pu visiter ces quelques hôtels , parmi tant d’autres (je vous donne la liste et les tarifs au cas où vous vous y rendez un de ces quatre)
– la Closerie (chambres de 20 à 40 milles)
– le Château (chambres de 15 à 12 milles)
– Hotel Aguié Koanin (chambres de 8 à 12 milles)
– L’Auberge des Fleurs (chambres de 7 à 12 milles)
gendarmerie nationale

La gendarmerie nationale

le monument aux morts

Le monument aux morts

À la recherche d’un point assez chaud de la ville, où manger, nous nous sommes retrouvés à « LA RUE DE FERKE ». Un peu timide, vu que c’était un jeudi (jour de mariage), néanmoins nous avons pu déguster le poisson braisé de « la go Sara » et du choukouya de viande (mouton et boeuf). J’ai même eu à converser avec le vendeur de viande en question:
– lui : bonsoir madame
– moi : bonsoir, je voudrais du choukouya de boeuf, il y en a?
– lui: tout ce que tu veux madame il y’en a , je fais même du kékénou de pomme de terre
– moi: Kédjénou ou Kékénou?
– lui: je n’ai pas dit Kédjénou hein, je dis Kékénou. On découpe la pomme de terre qu’on fait cuire avec le choucouya de viande, au feu de bois c’est trop doux !
– moi: tu aimes cuisiner on dirait, comment tu t’appelles?
– lui : AMA, madame
– moi: AMA ??? ce n’est pas un nom féminin?
– lui :c’est un nom prophétique, c’est dans le coran (renseignement pris le prénom existe bel et bien dans le coran, Hamah pour certains ou Amma pour d’autres)
Toujours dans la même rue, l’enseigne de cette auto-école qui a suscité tellement d’interrogations dans ma petite tête. Dites-moi donc, mes frères SENOUFO* : pour aller dans cette auto-école, il faut être Senoufo d’ethnie ? Savoir parler le Senoufo ? Ou c’est juste un nom d’auto-école parmi tant d’autres? lool
Enseigne au

Enseigne auto-école

 Je vous informe, par ailleurs, que la ville de Ferkessédougou se situe à : 

– 44 km de la ville de Ouangolodougou
– 227 km de la ville de Bobo-dioulassou (Burkina faso)
– 600 km de la ville de Bamako (Mali)
l'eglise Notre dame de Lourdes

L’Eglise Notre dame de Lourdes

prefecture de ferkessedougou

La prefecture de ferkessedougou

 Et je termine enfin pour dire, mon séjour dans le Nord, même s’il fut de courte durée, m’a beaucoup appris et m’a rappelé à quel point j’aime la Cote d’Ivoire. Ces magnifiques paysages et ces valeurs que sont la solidarité et l’hospitalité je les ai, plus que jamais, ressentis et admirés, dans cette charmante ville.. Le dernier conseil qu’il nous a donné avant de quitter les lieux est celui-ci: « il y a trois étapes majeures dans la vie, la première : naître et être scolarisé; la deuxième : travailler pour gagner son pain quotidien et la troisième : se marier et fonder une famille; mais attention à la troisième parce qu’à elle toute seule, elle peut ruiner tous les efforts consentis à réaliser les deux premières et les détruire »
retour

Sur le chemin du retour…

mosquée de Katiola

La belle mosquée de KATIOLA

 

Marché de gros de la ville de BOUAKE

Sur le chemin du retour…

 SENOUFO* = peuple, groupe ethnique de la Cote d’Ivoire