2018 : nous y sommes.

 Nous sommes presque le 01 février 2018 et voici que je me décide enfin à vous présenter mes vœux les meilleurs. Paresse, manque de temps… Que nenni ! Disons que j’ai déjà maille à partir avec cette nouvelle année, qui pourtant ne fait que commencer. Pourquoi ? Je n’en sais fichtrement rien ! De mémoire, je pense avoir toujours attendu « les années nouvelles  » avec espérance, effervescence même parfois – mon esprit avait réussi à se convaincre quelles seraient quoi qu’il en coûte porteuses d’espoir et de réalisations possibles. Année après année, il a suivi la même logique jusqu’à cette année, cette année où  je n’ai rien senti, encore moins ressenti ! C’est comme se réveiller un matin et avoir l’étrange sensation d’avoir perdu son odorat… Est-ce là le signe que mon esprit a besoin de renouveau ? Est-ce là le ressenti d’une liberté quelconque ou une forme inexprimée de son contraire ? Je m’attellerai à le découvrir au cours de cette trois centaines de jours prochains…

La trilogie 15-16-17 n’aura pas été de tout repos. Certaines situations vécues m’ont clairement fait comprendre que rien n’arrive qu’aux autres – nous sommes ces autres pour les autres ! Eh bien disons que « tout ce que je n’aurais jamais imaginé m’arriver » m’est au moins une fois arrivée, sans pour autant que cela ne me rende amère de la vie. Cela ne veut toute fois pas dire que je ne porte pas de cicatrices ou que tout est rose dans le meilleur des mondes (si votre vie ressemble à cela, inquiétez-vous de votre mort). Mais j’ai agréablement pu voir cette jauge qui s’est installée, me permettant à chaque étape de nuancer la personne que je suis; de mieux différencier les choses que je suis en mesure de supporter, d’accepter de celles qui clairement m’insupportent. J’ai appris à me connaitre, à continuer d’apprendre des autres et maintenant je sais que je ne pourrais laisser aucune année s’écouler sans avoir appris une chose nouvelle sur moi, la personne que je revendique être dès le matin, au réveil– vous devriez en faire autant.

Vous êtes-vous déjà retrouvés dans ces situations où, à chaque demande que vous émettez, vous n’obtenez que pour seule et unique réponse : la patience ? Pour l’avoir arrosée et cultivée pendant longtemps, elle a pour moi aujourd’hui, la même valeur que le mot courage. Il m’a parfois fallu aller la chercher bien loin pour finalement buter sur cette éternelle question : Vous connaissez-vous vraiment ?  

Cette année 2018, je l’ai placée sous le signe de la #discipline et la valorisation « de petites victoires ». Je ne pense pas manquer de discipline, bien au contraire ! J’ai très vite appris à nuancer les différentes formes de discipline, selon les objectifs à atteindre ou les buts fixés. J’ai donc décidé de m’intéresser d’encore plus près à ce sujet, cette année. Souhaitez-moi bonne chance ! Un grand merci à ceux qui m’ont offert mes premiers livres de 2018, qui comme par hasard (hasard, qui je crois n’existe pas) traitent de self-discipline ^_^. Et vous, quel thème avez-vous décidé de (pour) suivre année ?

 » To reach high performance, you have to consider more than your individual passions and efforts, and you’ll have to go well beyond what you like, prefer or naturally do well, because, to be franck, the word care less about your strengths and personality than about your service and meaningful conributions to others.  » BRENDAN BURCHARD