Tag : livres

Mon top 5 – Lecture 2016

L’année tire à sa fin et j’aimerais profiter de cette plateforme pour partager avec vous ces quelques livres qui ont rythmés mon année.  À vous de faire pareil, en me listant au moins 5 livres, de votre bibliothèque que vous recommanderiez volontiers à lire et à offrir.

1 – Angela Merkel: The Chancellor and Her World (Stefan Kornelius) : une année autobiographique j’ai bien envie de dire ; j’ai passé en revue les livres autobiographiques de personnages politiques qui me fascinent depuis si longtemps. Celui-ci est un must have, si bien écrit et pensé différemment, des autobiographies que j’ai l’habitude de lire. Un extrait :

« this is the secret od her power : Angela Merkel will only get involded in an argument if she knows that she will win in the end. Those who undermine the state… In the end there is no chain of dictatorship, no fetter of oppression that can withstand the strength of freedom. That’s my firm belief, and it will continue to guide me. »

source google images

(suite…)



Lecture Addict

Après avoir été « taguée » par Stéphane et Eugenio, j’ai décidé, à mon tour, de me prêter à l’exercice qui consiste à répondre aux cinq (5) questions suivantes :

1- Quel auteur aimerais-tu faire revenir à la vie ? 

Sans hésiter, je dirais Johann Wolfgang von Goethe. Ce poète et dramaturge allemand a changé ma perception de la poésie et de la littérature de façon générale. De plus, J’aurai deux ou trois petites questions à lui poser, concernant sa théorie sur la lumière qui m’a longtemps fait cogiter (mais bon, je sais que vous en foutez un peu car vous ne le connaissez peut-être, ni d’adam, ni d’eve) ! Enfin bref, j’hésitais entre lui et Mark Twain, mais finalement, je serai plutôt enchantée que le premier revienne à la vie.

“Si les singes savaient s’ennuyer, ils pourraient devenir des hommes.” J.W.V.G.

(suite…)



Les aventures de Kocoumbo

Kocoumbo est un jeune étudiant noir, parachuté dans un pays autre que le sien, pour ses études. À coups de détails tordus et de pensées floues, il vous dépeint cet univers nouveau auquel il tente de s’acclimater tout en douceur.

À la descente du train, Kocoumbo, galant fou, pense à proposer son aide à une jeune dame qui s’est fait bousculer par le trop-plein d’hommes à la gare. Sac étalé au sol, bottines à talons, mini-jupe- visualisez la peine qui s’exprimait par de mignonnes grimaces, sur le visage de la demoiselle. Trêve d’hésitations, Kocoumbo se lance à sa rescousse. Mais, au bout d’une minute, il se rend compte qu’il ne fait que ramasser des bouquins. C cette belle blonde n’a que des bouquins dans son sac ? (Quoi pas de maquillage, de miroir, de parfums ?) Beh dis-donc ! (suite…)