Qu’avez-vous osé d’extra-ordinaire en 2016 ?

La vie ne tient qu’à un fil, tout comme la peur et le courage se partagent le même fil !

Notre objectif en sortant de chez nous, ce dimanche matin, était de faire une balade dans les belles rues de la ville, pour ensuite rejoindre notre domicile, m’étais-je dis… Mais, c’était mal connaître ce groupe de Kényans, qui m’a adopté – après une heure de route et une autre à vadrouiller, nous nous retrouvions à escalader une montagne.

Était-ce prévu ? Non ! Est-ce une activité que j’aurais pensé faire un jour , de moi-même ? Non ayi -pourquoi même ? Étions-nous équipés pour ? Non et Non, nous avons loué tout le matériel sur place ! Et pourtant ce fut un moment si crispant qu’il en est devenu magique ! Nous avons osé, sur un coup de tête !

L’étape première, « la plus facile « était bien-sur la tyrolienne (et pourtant ce n’est pas une mince affaire avec l’altitude autant vous dire que ce n’est pas toujours évident). Ensuite, il nous a fallu escalader la montagne en décrochant et accrochant nos crochets et cables, aux fur et à mesure pour pouvoir avancer. En bas, la foule- un village tout en entier qui s’attroupait sur la place publique du village (cette place, qui se trouve pile poil en dessous des montagnes – un beau public prêt à assister à votre spectacle ou à votre chute). 

La troisième étape consistait à marcher sur un fil métallique pour rejoindre deux montagnes, sur une distance d’environ 20 mètres . Ils étaient tous excités et avançaient d’un pas conquérant, excepté moi. Était-ce la peur qui m’empêchait d’avancer ? Le risque de chute ? Je restai figée un bon moment. Je me décidai finalement, à terminer l’épreuve ; le technicien qui nous avait accroché aux câbles et s’apprêtait à intervenir à n’importe quel moment, me voyant arriver le sourire aux lèvres, pouffa de rire avant de dire : vous aviez peur d’en vouloir plus ? Ne vous inquiétez pas nous sommes tous passés par là !

Il avait compris – Je venais d’affronter le vide et le pire c’est que j’avais aimé – je voulais y retourner incessamment, me forcer à avancer encore et encore ; cette sensation d’invincibilité à toutes épreuves – l’adrénaline. On ne sait pas de quoi on est capable, jusqu’à ce qu’on se lance ! Et vous qu’avez-vous osé d’extra-ordinaire en  2016 et quelle leçon en tirez-vous ?