Ce mendiant qui égaya ma journée

Les quelques marches qui composent le parvis de l’Église se sont depuis bien longtemps substituées en ses locaux. De bonne heure, il s’y installe tant bien que mal, béquille en mains- jambe amputée et gobelet à jetons disposé devant lui. Il prend le temps de saluer tous ceux qui passent le pas de la porte, osant appeler certains par leurs prénoms. La première fois que nos regards se sont croisés je n’avais aucunement l’intention de lui donner une pièce (je l’avoue). Il m’a salué en disant : « bonjour mademoiselle, bonne messe, en ressortant pensez à moi. Merci «  égrenant ensuite, son chapelet. Tiens c’est nouveau ça, rarement je n’avais vu un mendiant (devant une Église, chapelet en main). En sortant, j’ai finalement cédé en mettant les peu de sous que j’avais, dans son gobelet. Le sourire au lèvres il dit : – « Merci et à demain » !  Je n’en revenais pas, il prévoyait même un lendemain !.

L’Église en question étant sur mon trajet quotidien, je fais l’effort d’y entrer le plus souvent histoire de m’y recueillir. Environ, une semaine passée, avait suffit à M. pour me cataloguer. Il me saluait assez vivement et surtout n’oubliait pas de dire : « au-revoir, bonne soirée à demain ». Un soir, agacé par son attitude, je lui demandai : « mais tu nous reconnais presque tous, tu nous vois entrer et sortir de l’Église pourquoi tu te permets de nous encaisser presque chaque jour ? Alors que la veille par exemple, quelqu’un a pris la peine de faire un geste en ta faveur. Laisse nous souffler un tout petit peu non ? » Toujours le sourire aux lèvres il me répondit :  » ma bonne dame, tous les jours ne se ressemblent pas ; hier tu m’avais peut-être donné ta dernière pièce, aujourd’hui qui sait ? Tu as peut-être gagné au loto et tu pourras m’en donner un peu plus ! Moi je n’harcèle pas –  je tente juste ma chance chaque jour ! « 

Qu’est-ce qu’on a bien rigolé ce jour-là ! M., m’expliqua qu’il avait été amputé de la jambe très jeune suite à un accident et depuis quelques années maintenant, il s’était résolu à installer ses quartiers devant cette Église, agacé d’entendre dire par son entourage, qu’il ne servait plus à grand-chose. Intriguée je lui ai alors demandé pourquoi est ce qu’il avait baissé les bras ?  (dans le sens d’arrêter de se battre)  et lui de me répondre : « beh tu vois, mes bras sont baissés pour tenir ma béquille. » (un mendiant qui fait dans l’humour, oh oui cela existe). Mais à la question de savoir si son lieu d’habitation était également le parvis de cette Église, Il s’est tout de suite empressé de répliquer – le regard plein de fierté- « Ah non ! Attention, je ne dors pas dehors moi, je paye un loyer ! Je viens juste ici histoire que Dieu pourvoie à mes besoins ! » (Vu sous cet angle, je ne pus m’empêcher de sourire – et oui nos pauvres pièces servaient au moins à quelque chose – à chacun son interprétation de la Bible ).

Hier au soir, alors que je passais devant l’Eglise toute éreintée, j’entends M. me saluer : « Bonsoir mademoiselle, tu ne viens pas ici aujourd’hui ? ». Il avait réussi à me faire approcher. Ayant lu sur mon visage, l’expression de la fatigue après boulot, il me posa la question de savoir : « Comment va ? Et la journée ? » (Un mendiant qui me demandait comment c’était passé ma journée, même en écrivant le texte, j’essaie de relativiser la conversation) . Je lui ai répondu « couci-couça – on fait aller !  » et là il m’a dit : « Eh tu sais, si ça ne va pas fort, tu viens là hein, il y a de la place pour nous tous ses enfants ! la maison est assez grande, allez viens je te fais la place « . Je pouffai de rire avant de finalement pousser la porte de l’Église ! En me voyant ressortir, il dit : « ça va mieux ? Rassure – toi aujourd’hui tu n’es pas obligée de mettre quelque chose dans mon pot, on va remettre à demain. Bonne soirée. » avant de lui-même éclater de rire à son tour.

Aujourd’hui, M., le mendiant, avait réussi à égayer ma journée ! En l’espace de quelques instants, il n’était plus ce nécessiteux de qui ont prend pitié chaque jour en passant, juste celui là qui avait su redonner le sourire à son prochain. La route est parfois longue, le chemin difficile, mais à chaque fois que nous en voulons un peu plus, Dieu fait de son mieux pour nous rappeler le minimum qu’il nous offre déjà au quotidien… Sachons être reconnaissants. C’est bien souvent une étape importante dans notre évolution …

review3