Bébé-land…

La semaine dernière, en balade, j’ai passé une demi-journée avec un bébé et j’ai appris des choses de grands. Un bébé, ne parle pas un langage connu de tous, mais émet énormément de sons et la plupart du temps, lorsque quelque chose ne tourne pas rond. Une couche mouillée, le ventre creux, un bobo, des caprices…Peut importe, l’essentiel étant de faire un maximum de bruits, d’attirer l’attention pour permettre de trouver une solution efficace à son problème. Un bébé ne se laisse pas blaguer aussi facilement. « NON, je ne porterai pas de cet horrible chapeau que tu veux m’obliger à mettre, NON je ne mettrai pas cette chaussure pour paraître aussi beau que tu le voudrais ». Un bébé n’utilise certes pas un langage connu de tous,  mais sait dire NON à ce qu’il n’aime pas ou à ce dont il n’a pas envie, et il arrive tant bien que mal à se faire comprendre.

De retour à la maison, confrontée à une situation, face à laquelle je me sentais impuissante, je me suis remise à penser à ce bébé. Ce bébé qui malgré le fait qu’il ne sache pas encore s’exprimer, comme il se doit, avait déjà le courage de dire NON. Une tonne d’interrogations me virent alors à l’esprit : À quel moment nous sommes-nous perdus ? Quand avons-nous cessé de penser juste, d’aller envers et contre tous, de croire en nous ? Quand est-ce que nous, grands, avons cessé d’avoir ce courage d’enfant ? Pourquoi fermons-nous les yeux lorsque nous pensons plutôt devoir agir ? Quand avons-nous adoptés d’être faux envers nous, envers les autres ? Quand avons-nous décidé d’arrêter d’essayer ? Quand avons-nous cessé d’être juste, Nous ? 

La semaine dernière, en balade, j’ai passé une demi-journée avec un bébé et j’ai appris des choses de grands, beaucoup de choses de grands…

ImageE

À bon lecteur salut !